lundi 19 mai 2014

19e Élan des daims à Sentheim Allenbach en maître

Emmanuel Allenbach possède une belle avance au classement du Trophée.  PHOTO DNA – André Spetz
Emmanuel Allenbach possède une belle avance au classement du Trophée. PHOTO DNA – André Spetz

Emmanuel Allenbach est en train de s’imposer en maître sur les chemins du Trophée des Vosges. Hier, il gagne à Sentheim dès sa première participation

Le Trophée des Vosges, Emmanuel Allenbach l’a déjà gagné, c’était l’an passé. Et à l’heure actuelle, le jeune homme est bien placé pour le gagner encore.Hier, sur les chemins du 19e Élan des daims, il s’est imposé dans les grandes largeurs, en 59’28, devant l’habituel maître des lieux, Brice Donischal (1h00’41), six fois lauréat ici même.
Allenbach est bien placé pour garder “son” Trophée des Vosges
C’est ce dernier qui a d’emblée pris les choses en main. Il connaît le coin par cœur, il y a ses repères et il semblait tout heureux de courir à nouveau. Lui qui n’en fait plus autant qu’avant depuis quelque temps.
En fait, la dernière fois qu’on l’a vu s’imposer, c’était à Pulversheim et cela remonte (déjà) à l’an dernier. La classe du garçon est intacte, il peut infliger à toute la compagnie un rythme soutenu, mais dès qu’il est attaqué, il n’a plus le coup d’accélérateur d’avant pour calmer la concurrence.
« Je me suis fait tellement mal que je n’ai plus envie d’y aller en intensité. Là, ça va pourtant, mais je n’ose plus taper dedans. Pourtant, j’ai bien envie de m’y remettre vraiment…»
D’autant qu’il y a bientôt le Maratrail (à Masevaux). «J’arrive à tenir un rythme, le mien, mais je suis incapable d’en changer. Quand ça part, je ne suis plus là.» Il en sourit mais on sent sans peine qu’il ne va pas s’en contenter longtemps.
Emmanuel Allenbach est l’homme en forme sur les cimes vosgiennes. Déjà vainqueur à Pfaffenheim (Elfes) et au Hohrodberg, il signe là un troisième succès fort probant. Et on ne voit pas qui pourrait le détrôner au Trophée des Vosges.
«C’est la première fois que je venais ici (à Sentheim) , c’est sympa et j’ai pu préparer le Taennchel. » Venu de Saverne, il se déplace rarement pour rien. « Je n’ai jamais lâché. Même dans la descente, j’ai continué à faire attention de peur que ça revienne…»
Cela aurait pu, mais le deuxième au sommet, Emmanuel Legrand, a chuté et n’a pu se mêler à la bagarre finale pour le podium. Le voilà cinquième en 1h02’12 et des bobos (au coude et au genou).
Emmanuel Allenbach, lui, est revenu sur Brice Donischal dès la troisième borne puis a creusé l’écart au train, sans forcément placer d’accélération. «Il fait beau, il y a une course, autant en profiter», glisse le Bas-Rhinois de passage.
La place de trois fut plus disputée entre Lionel Eich et Benjamin Tissaire. Entre les deux, cela s’est terminé au sprint jusque dans les barrières. Mais, si quelques centimètres les séparent, eux ont choisi (et ils l’ont obtenu !) de ne pas être départagés.
Les voilà ex aequo et heureux de l’être. Eich y disputait sa première de la saison, Tissaire sortait juste d’une victoire, déjà, à Colmar (8-mai).
La première dame du jour est Céline Maillard, déjà là l’an passé (deuxième) et cette fois vainqueur. «Cette course, il faut la gérer, donc bien se connaître et surtout y aller pour le plaisir.»
Un secret que la Thannoise (licenciée à Cernay) a su appliquer avec merveille

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire