vendredi 10 juin 2016

Meeting national à Colmar



Guillaume Zekri, le directeur du meeting national de Colmar, ne cache pas son excitation, à quelques heures de la sixième édition. « En termes de niveau, ces dernières années, on n’a pas fait mieux. Le plateau est très lourd. Pour les connaisseurs de l’athlétisme, c’est alléchant. Ce n’est pas tous les jours que l’on voit ces choses-là. »
« Ça fait longtemps qu’on n’a pas organisé, en France, un concours de javelot aussi relevé »

Au moment même où le pays s’apprête à vibrer pour l’Euro de football, ils seront quelques-uns, ce soir dans la préfecture du Haut-Rhin, à se pourlécher les babines devant une aire de lancer. « Ça fait longtemps qu’on n’a pas organisé, en France, un concours de javelot aussi relevé, aussi dense », insiste Guillaume Zekri.

Il suffit de jeter un coup d’œil à la liste des engagés pour s’en persuader. Les organisateurs du meeting national de Colmar ont notamment réussi un gros coup en attirant dans leurs filets le dénommé Jarrod Bannister. Un jour béni de 2008, chez lui, l’Australien s’est fendu d’un jet à 89,02m au cours des championnats nationaux. Une distance qui parle, là encore, aux initiés. Même si elle reste assez éloignée du record du monde historique (98,48m), détenu par le Tchèque Jan Zelezny depuis 1996.

Pourtant, malgré ce brillant fait d’armes, il n’est pas certain que Jarrod Bannister l’emporte ce soir à Colmar. Bloqué à 78,29m en ce début de saison, le lanceur de 31 ans devra notamment tenir à distance le Guebwillerois Jérôme Haeffler, champion de France Élite en 2015, mais aussi et surtout le Francilien Kilian Durechou (77,61m en 2016) et le Savernois Jérémy Nicollin, dans la forme de sa vie actuellement.

Le colosse de l’ANA (1,93m), magnifique cocktail de puissance et d’explosivité, a expédié son engin à 77,15m, le 27 mai à Dessau (Allemagne), établissant ainsi sa meilleure marque en carrière. « Il vise la barre mythique des 80m, qui le qualifierait pour les prochains championnats d’Europe à Amsterdam (du 6 au 10 juillet) , confie Guillaume Zekri. C’est tout à fait possible qu’il y parvienne à Colmar… »

Il paraît même que Jérémy Nicollin a les « minima olympiques (83m) » dans un coin de la tête. Mais atteindre ce niveau de performance dès ce soir relève sans doute un peu de l’utopie pour le natif de Chenôve, en Bourgogne. « Dans les lancers, il faut que tout rigole le jour J », rappelle Jean-Pierre Hoerner, le président du Pays de Colmar Athlétisme, lui aussi au four et au moulin depuis des mois pour que la fête soit parfaite, tout à l’heure au stade de l’Europe.
Le sprint, autre « temps fort »

Le concours féminin du javelot vaudra également le détour, ne serait-ce qu’en raison de la présence de la Niçoise Mathilde Andraud, qui a déjà composté son billet pour les Jeux de Rio grâce à un jet à 63,54m le 21 mai à Halle (Allemagne).

Quant à la météo, elle constituera, une fois encore, un paramètre essentiel. A priori, le soleil sera au rendez-vous, mais les coureurs pourraient être obligés de composer avec un « petit vent de face », si l’on en croit les prédictions de Jean-Pierre Hoerner.

Le sprint, on y arrive, sera l’autre « gros temps fort de la soirée », indique Guillaume Zekri. La discipline phare de l’athlétisme rassemblera, ce soir à Colmar, deux flèches africaines, le Gambien Adama Jammet (10’’25 sur 100m, 20’’53 sur 200m) et l’Ivoirien Arthur Cissé (10’’29 et 21’’13), mais aussi une douzaine de concurrents déjà flashés sous les 11’’ sur la ligne droite. Parmi eux, les régionaux Max Sirguey (EGMA), Lucas Granjon (PCA) et Ilies Tano (S2A). « Ce qui est frustrant, c’est qu’on a dû refuser des mecs qui courent très vite, confie le directeur du meeting. Nous sommes un peu victimes de notre succès. »

Le public, lui, ne devrait pas bouder son plaisir…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire