vendredi 22 septembre 2017

Course de Saverne


Sur un parcours, on parle du trail de 23,7 km, qu’ils connaissent par cœur, parce que c’est leur terrain d’entraînement, les Trailers de la Rose de Saverne s’en sont donnés à cœur joie. Parti en 1re ligne avec le Lorrain Stéphane Guehrar, Emmanuel Allenbach a tout de suite imprimé un bon rythme.
Les deux coureurs resteront côte à côte jusqu’au 5e km. Meilleur descendeur, le coureur de l’ASSA prend les devants, « je ne voulais pas le laisser s’installer dans un certain confort. » Mais dès la montée vers le Brotsch, E. Allenbach, récent vainqueur au Haut-Koenigsbourg (25 km) et aux Crêtes vosgiennes (13 km), va passer à l’attaque. « J’étais bien en jambes, je voulais imprimer une bonne allure, pour ensuite gérer la course », analyse le coureur des Trailers de la Rose, licencié à l’ANA/FC Haguenau et qui porte le plus souvent le maillot de son sponsor.
Une fois seul en tête, Emmanuel Allenbach ne quittera plus les commandes de la course. Il l’apercevra de temps à autre, mais Stéphane Guehrar ne reviendra jamais sur E. Allenbach qui s’impose en 1h46’03’’, nouveau record, « à la fin, sentant que je pouvais améliorer mon record de 2015, j’étais à fond. » Jolie 3e place, en 1h54'38'', pour le Savernois Victor Waltmann. 20e en 2h13’, Julie Soulet, la juniore de Haegen, finit 1re féminine, devant ses deux partenaires, Hélène Dutt (31e en 2h20’41’’) et Justine Meyer (49e en 2h26’40).
Sur 5 km, c’est un autre Savernois, Mathieu Turlure (RAS), 11e des dernières Mini-crêtes, 3e de la Ronde nocturne de Schweighouse et 2e à Niderviller, qui dominera la course en 16’27’’, « je suis parti très vite, pour ne pas être accroché et me donner une petite marge de sécurité. » Et sur le 10 km remporté en 33’22’’ par le Mulhousien d’origine marocaine, Smaïn-Ismail Essalki, parti dès 6 h de la cité du Bollwerk avec le maillot du Chelsea FC sur le dos, on soulignera le excellents comportement d’Olivier Rannou (4e en 37’43’’), de Maxime Rauner (6e en 39’14), de Nicolas Bené (7e en 39’34’’), de Ghislain Henry (8e en 39’53’’), de Raphaël Loew (9e en 40’11’’), ainsi que d’Anne-Rachel Boch, 44e et 3e féminine en 45’14’’.

« La Savernoise » le 20 octobre

Prochain rendez-vous, « la Savernoise », une course, ou marche, d’environ 5000 m, exclusivement en ville (départ 20 h, place du Château) réservée aux féminines, dans le cadre de la lutte contre le cancer et plus particulièrement le cancer du sein, qui permettra de collecter des fonds qui seront reversés au Centre Paul Strauss. Inscriptions en ligne, sur www.le-sportif.com (10 €, dont 4 € seront reversés au Centre Paul Strauss) jusqu’au mercredi 18 octobre (aucune inscription sur place)

dimanche 17 septembre 2017

jeudi 14 septembre 2017

Course de Saverne

Au programme : un trail de 23,7km (de juniors à vétérans), départ à 8h30, pré-inscription 18€, majoration de 5€ sur place ; un 5km mesuré (cadets à vétérans), départ à 9h, pré-inscription 5€, majoration de 5€ sur place ; un 10km mesuré (juniors à vétérans), départ à 10h, pré-inscription 10€, majoration de 5€ sur place ; des courses de jeunes (participation gratuite), avec un 2500m (minimes et benjamin(e) s) à 11h30 et un 900m (sans classement pour garçons et filles né(e) s en 2006-2007-2008 et 2009.

Inscription

Inscriptions (certificat médical obligatoire) jusqu’au 14 septembre auprès du Service des sports de la ville de Saverne (03 88 71 56 13) ou sur www.le-sportif.com. Ou dimanche, sur place (avec une majoration de 5€), à partir de 7h30 au complexe sportif Adrien-Zeller, jusqu’à 15 minutes avant le début de chaque course. Contact : sports@mairie-saverne.fr ou sur www.mairie-saverne.fr ou au 03 88 71 56 13.

samedi 26 août 2017

Reprise de la marche nordique à Saverne

Reprise de la marche nordique le samedi 26 août à 9h30 au stade du Haut-Barr

mercredi 19 juillet 2017

Course de montagne



Ce dimanche avait lieu la 31e édition de la Montée du Nid d’Aigle. Concoctée par l’office de tourisme de Saint-Gervais, l’épreuve relie le Parc Thermal du Fayet (580 m) au Nid d’Aigle (2 407 m), soit 19,520 km pour un différentiel ascendant de 2 061 m et descendant de 150 m. « C’est une course hors norme, qui emprunte, entre forêts, alpages et prairies, l’un des plus beaux sentiers du massif du Mont-Blanc, avec un final le long du glacier de Bionnassay », indique le Savernois Mathieu Turlure. « C’est certainement la course la plus difficile du challenge », enchaîne le Dossenheimois Emmanuel Allenbach, qui se porte d’entrée aux avant-postes, en compagnie du Savernois Maxime Rauner, afin d’impulser un rythme soutenu.
« Peu habitué à des efforts aussi longs, je me suis surpris moi-même », raconte M. Turlure, plutôt spécialiste de 1 500 m. Les véritables écarts vont se faire sur les quatre derniers kilomètres, dignes d’un kilomètre vertical. Les quatre coureurs défendant les couleurs rouges et blanches de l’Alsace-Nord-Athlétisme (ANA) vont finir sur un bon rythme, ce qui leur permettra de bien se classer et de devancer l’équipe du champion de France de 2 points. Emmanuel Allenbach franchira la ligne d’arrivée en 7e position (sur 334 classés) en 1h58’43’’, 1er vétéran, à près de 9’du vainqueur, Emmanuel Meyssat, le traileur de l’AC Tassin (banlieue de Lyon), le leader actuel du challenge national. Suivront, aux 9e et 10e places, Victor Waltmann (2h00’17’’) et Maxime Rauner (2h01’03’’). « Je suis parti prudemment, en ménageant mes efforts pour la deuxième partie de la course. La stratégie s’est avérée payante », explique V. Waltmann, qui finira meilleur espoir.
Satisfaction aussi chez M. Rauner : « Oui, malgré une difficulté à m’oxygéner en fin de course, j’ai bien géré mon effort. » Mathieu Turlure finira à la 31e place (17e sénior) en 2h13’42’’ : « La fin de parcours a été éprouvante, il était difficile de courir. »

Deuxièmes du Challenge national
Grâce à ces excellents résultats d’ensemble, les coureurs de l’ANA, 1ers par équipes, avancent, à quatre manches de la fin, à la 2e place du classement général du Challenge national, des courses de montagnes mais restent sous la menace de l’AC Tassin (5e), d’Alès (6e), d’Annecy (7e) et de Clermont (8e). A relever par ailleurs, les excellents résultats dimanche dans cette épreuve très relevée, d’Hélène Dutt, 10e féminine en 2h40’29’’, de Justine Meyer, 11een 2h43’41’’ et de Julie Soulet, 12e et 1re juniore 2h43’42’’, ainsi que les belles 35e place de Florian Weisser (en 2h15’01’’), 79e rang de Nicolas Weber, le récent vainqueur à Waldolwisheim (en 2h32’42’’) et 83e place de Julien Martinez, le lauréat cet hiver du 29e Trophée Paul-Michaux de cross (en 2h33’07’’).

samedi 15 juillet 2017

Championnat de France Elite




Le premier concours de ces championnats de France Elite 2017 n’a, on l’espère, pas annoncé la couleur pour le reste de la compétition, qui prendra fin dimanche soir, à Marseille.

Ce vendredi, en début d’après-midi, Jean-Baptiste Collet (Entente Franconville CVO), né à Addis-Abeba (Ethiopie) mais Nordiste d’origine, a décroché le titre national au lancer de javelot au terme d’une finale au niveau global plus que médiocre. D’ailleurs, aussi loin que remontent les archives en ligne de la Fédération française d’athlétisme, c’est-à-dire jusqu’en 1998, aucun lanceur de javelot n’avait été sacré champion de France Elite avec une performance aussi faible que celle d’aujourd’hui, à savoir 70,00 m tout rond.

Et encore, il s’en est fallu de peu pour que Jérémy Nicollin ne décroche l’or avec un mètre et demi de moins (68,62 m), une marque qui a permis à l’Alsacien d’être en tête quasiment tout du long, jusqu’à ce que Collet ne trouve la clé des 70 mètres à son ultime essai. L’histoire se répète pour le Strasbourgeois de 26 ans, déjà coiffé au poteau l’an passé, à Angers, et donc désormais double vice-champion de France en titre après son sacre de 2014, à Reims. « Il n’y a pas de quoi se taper sur le ventre, mais ça reste une médaille d’argent, observe son entraîneur et futur manager national des lancers, Jacques Danail. Mais il y a du boulot pour le javelot français… »

« Je suis déçu, mais moins que l’an dernier »
Les protagonistes de la finale ne pourront même pas se cacher derrière les conditions de vent très changeantes en ce jour de Fête nationale. Le mistral marseillais a certes tourbillonné toute la journée au cœur du stade Delort, mais il y en a un qui n’a jamais semblé s’en émouvoir, le lanceur de Sainte-Lucie (Caraïbes) Albert Reynolds, de nationalité étrangère donc hors-concours, qui s’est imposé avec un joli 78,99 m et qui n’a même jamais lancé en-deçà de 73,95 m ce vendredi…

« Je suis déçu, mais moins que l’an dernier, affirme Jérémy Nicollin. Clairement, je n’avais pas la forme pour faire mieux. Je n’arrive même pas à dépasser 70 mètres… J’ai cruellement manqué de séances techniques cette année. Avec mon opération des genoux à l’automne dernier, puis les petits bobos qui se sont enchaînés, j’étais de toute façon embarqué dans une saison un peu galère, qui n’a d’ailleurs réellement démarré qu’en juin (Ndlr : 71,44 m le 10 juin à Colmar). Je voulais y aller crescendo, monter en nervosité sur les derniers jets, mais ça n’a pas marché. Le concours a été long (Ndlr : l’outil de mesure électronique a connu quelques ratés), et comme je manquais de foncier, faire six essais à 100%, c’est encore un peu compliqué pour moi. Sans compter que ça a été un peu la loterie avec le vent. Avec un peu de chance, tout le monde avait le niveau pour lancer à 70 mètres aujourd’hui. »

Ça n’a pas été le cas pour le Jurassien d’origine et ça ne le sera de toute façon plus cet été, Nicollin ayant décidé de ranger ses javelots jusqu’à la rentrée. « Je vais bien me reposer, et si tout va bien physiquement, il n’y a pas de raison que ça ne reparte pas bien l’an prochain », conclut l’international français (2 sélections).

mercredi 5 juillet 2017

Sommet du Ventoux


Emmanuel Allenbach, Victor Waltmann, Maxime Rauner et Mathieu Turlure (ANA) ont remporté dimanche dans le Vaucluse la course par équipes de la 7e montée du Ventoux.
...

3e au général
Grâce à leurs excellents classements individuels, les quatre représentants du secteur remportent le challenge par équipes, un résultat leur permet de se placer à la 3e place du challenge national de montagne après sept courses (ils ont participé à quatre d’entre elles).

Prochain rendez-vous, la montée du Nid d’Aigle, une épreuve de 19,5 km avec 2 000 m de dénivelé positif, le 16 juillet à Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie)

Championnat de France Cadet Junior





Ils étaient trois du Rohan-Saverne (RAS), les juniors Loïc Garcia et Léa Muller et la cadette Pauline Stey, ainsi que Basile Hocquard, qui défendait les couleurs de l’Unitas-Brumath, à avoir participé ce week-end au stade Jean-Bruck à Dreux, aux championnats de France cadets et juniors. S’ils n’ont pas décroché de médailles, les représentants du secteur ont néanmoins obtenu de bons résultats. A commencer par Pauline Stey, arrivée en Eure-et-Loir créditée du 14e temps des 24 qualifiées sur 5 000 m marche (27’31’’61 réussis à Dijon le 25 juin) et qui mérite, selon Claude Bouton, le directeur du RAS, « une mention spéciale, car elle améliore sa meilleure performance de 30 secondes et se rapproche du niveau national. » « Pour une première participation à ce niveau, je suis très contente de ma place (11e ) et de mon temps (27’01’’62) », note la jeune Waldolwisheimise.

Belle sortie aussi à la longueur de Loïc Garcia, junior 1re année (11e performance sur les 32 qualifiés), qui bat son record personnel (7,23m) lors des qualifications, avant de finir 8e de la finale en 6,96m. Léa Muller, elle aussi juniore 1re année (24eperformance sur 32 qualifiées) a passé les qualifications (5e en 35,47m) au lancer du disque, avant de rencontrer des problèmes de rotation en finale, où elle finit 12eavec un jet à 35,51m. « Une place de finaliste serait un super résultat et récompenserait l’immense travail effectué tout au long de la saison », avait espéré Claude Bouton. Voilà qui est fait, ses protégés l’ont écouté. Rendez-vous l’année prochaine.

Côté Unitas-Brumath, on soulignera la superbe 5e place sur 800 m en 1’53’’87, du Wingersheimois Basile Hocquard, champion d’Alsace le 18 juin en 1’52’’04 à Mulhouse.

samedi 1 juillet 2017

Championnat de France Cadet-Junior à Dreux



Le stade Jean-Bruck de Dreux abrite depuis hier après-midi et jusqu’à demain soir, les championnats de France cadets et juniors. 3000 athlètes, dont 51 Alsaciens, se sont qualifiés pour cet événement organisé par la Fédération française d’athlétisme, en lien avec l’Etoile Saint-Pierre et la ville de Dreux et en partenariat avec l’agglomération, le département de l’Eure-et-Loir et la région Centre-Val-de-Loire.

Parmi eux, quatre jeunes du secteur font le déplacement et tenteront de faire bonne figure. « Une place de finaliste serait un super résultat et récompenserait l’immense travail effectué tout au long de la saison. Un podium serait la cerise sur le gâteau », estime Claude Bouton, le directeur sportif du Rohan-Athlétisme – Saverne (RAS).

« Une place de finaliste serait un super résultat et récompenserait l’immense travail effectué tout au long de la saison »

Les meilleures chances reposent sur le Savernois Loïc Garcia, médaillé de bronze l’an passé à Châteauroux chez les cadets avec un bond à 7m12. Mais il est passé junior et ses 7m19 (24 juin à Saint-Dié) le placent 11e sur les 32 qualifiés. S’il est loin des 7m58 du Francilien Abdel Kader Mehdaoui, le podium n’est pas trop loin.

Tout sera bon à prendre

Au lancer du poids juniors, Léa Muller, également du RAS, 24e sur 32 avec un jet à 10m73, réussi à Saint-Dié le 24 juin dernier, visera une place en finale (les 12 meilleures), car elle est trop loin des 13m66 de la Cannoise Estelle Katende.

Reste la petite dernière, la Waldolwisheimoise de 15 ans, qui s’alignera sur le 5000m marche avec la 14eperformance des 24 qualifiées (27’31’’61 réussis à Dijon le 25 juin). Pour Pauline, tout sera bon à prendre.

Et côté Unitas-Brumath

Côté Unitas-Brumath, qui a qualifié quatre athlètes, dont Timothée Mischler qui peut croire au titre, sinon au podium sur 3000m steeple (9’11’’23 pour le Brumathois, ce qui le place au 2e rang), on suivra la sortie du Wingersheimois Basile Hocquard, champion d’Alsace sur 800m en 1’52’’04 le 18 juin dernier à Mulhouse.

6e temps juniors, il tentera déjà de se hisser en finale, avant de rêver d’un podium

mardi 27 juin 2017

samedi 24 juin 2017

Nicollin à Lille



Après Nice en 1975, Lille (déjà) en 1995, Paris en 1999 et Annecy en 2002 et en 2009, la France accueille ce week-end, pour la 6e fois, les championnats d’Europe par équipes (ex-coupe d’Europe des nations). Du 23 au 25 juin, les 11 meilleures nations d’Europe (les Russes, tenants du titre, étant bannis), se disputeront pendant trois jours le titre de championne d’Europe par équipe.

51 nations
Seront présents à Villeneuve-d’Ascq, la Biélorussie, la République Tchèque, l’Allemagne (vainqueur en 2009 et en 2014 et favorite pour le titre), la Grande-Bretagne, la Grèce, l’Italie, la Pologne, l’Espagne, l’Ukraine, les Pays-Bas et la France. L’Association Européenne d’Athlétisme comprend 51 nations, dont les 12 meilleures évoluent en Super League.

Pour l’équipe de France, 3e en 2015 à Cheboksary derrière les Russes et les Allemands, ce championnat d’Europe par équipes referme à la fois la belle page des JO de Rio (six médailles) et ouvre une ère nouvelle symbolisée par l’arrivée d’un nouveau couple président/DTN (André Giraud/Patrice Gergès) en lieu et place de Bernard Amsalem et Ghani Yalouz. Si les Bleus auront l’avantage d’évoluer à domicile devant un public entièrement acquis à leur cause, ils devront faire face à une cascade de forfaits, dont les médaillés olympiques Christophe Lemaître et Dimitri Bascou, ainsi que Jimmy Vicaut, Pascal Martinot-Lagarde, Pierre-Ambroise Bosse, Floria Guei et Rénelle Lamotte, qui pourraient handicaper le collectif tricolore.

Si Mélina Robert-Michon, Renaud Lavillenie et Mahiedine Mekhissi seront les leaders du clan français, on suivra avec intérêt la sortie de Jérémy Nicollin (record personnel à 77m15), l’athlète du Rohan-Athlétisme-Saverne, sélectionné en équipe de France pour le concours du lancer du javelot

mercredi 21 juin 2017

championnat d'Alsace Cadet Junior à Mulhouse



Le mode de qualification peut paraître alambiqué, voire même pervers. Mais comme le disait l’autre jour la Lingolsheimoise Camille Simon, « ça stresse peut-être les athlètes, mais ils apprennent à être présents le jour J ». Car si les qualifications s’effectuent au bilan, elles nécessitent par ailleurs la réalisation de minima planchers en championnat. On n’entrera pas plus dans le détail en évoquant les minima A et B pour éviter les gros maux de tête.

Aujourd’hui, il reste deux portes d’entrée majeures vers les échéances nationales, les “Alsace” de ce dimanche et les interrégionaux incluant le Grand Est et la Bourgogne-Franche-Comté, le dimanche suivant à Dijon. Ensuite, il sera trop tard pour les cadets et juniors, dont les championnats de France ont lieu à Dreux dès le week-end suivant.

Des tickets à chercher
Les espoirs et nationaux auront jusqu’au 2 juillet pour s’inviter à leurs propres championnats de France, les 8 et 9 juillet à Albi. Il en ira de même pour les “Élite” des 14, 15 et 16 juillet à Marseille, avec toutefois un possible sursis jusqu’au 9 juillet. Peu d’athlètes auront ce dimanche au stade de l’Ill le Vieux-Port en ligne de mire, et c’est bien en vue d’Albi et plus encore Dreux qu’ils abattront une carte importante.

Une bonne trentaine de cadets et juniors ont leur billet en poche. Une quinzaine d’autres ont à le bétonner ou alors à le décrocher dans cette dernière ligne droite. On parle là, chez les cadets, de Timothée Rebstock (PCA) sur 400 m, Lucie-Fatoumata Peters (PCA) sur 400 m et au triple, Marilou Burckhart (SRO) et Lena Burg (UB) sur 800 m, Delphine Pouillot (S2A) et Emmy Friedrich (UB) sur 800 m et sur 1 500 m, Simon Pellicioli (ASS) et Marie Gallienne (PCA) à la hauteur, Victorine Kienlen (PCA) à la perche, Aisata-Jeanne Peters (PCA) au poids.

En juniors, il s’agit d’Alexis Ludmann (PCA) sur 800 m, Mohamed-Amine Kodad (ASS) et Timothée Mischler (UB), déjà qualifié sur 3 000 m steeple, sur 1 500 m, Pablo-Fieux Wojtal (PCA) sur 110 m haies, Loïc Garcia (ANA) sur 400 m haies, Florian Hedjerassi (S2A) à la perche, Antoine Bogenschutz (PCA) au marteau, Vinceslas Tauvale (PCA) au javelot, Théophile Koffler (S2A) et Amélie Richter (PCA) au marteau.

Jeunes têtes d’affiche
Les rangs des jeunes fourniront aussi certaines têtes d’affiche de la journée, à commencer par Timothée Mischler (UB), en lice sur 1 500 m avec Mohamed-Amine Kodad (ASS), Mehdi Tano (S2A), Antoine Moutinho (SRO) et Théo Schaub (EGMA) sur 100 et 200 m, Max Sirguey (EGMA) sur 200 m, Régis Durrheimer (ANA) et Anne Greiner (PCA) sur 400 m haies, Loïc Garcia (ANA) à la longueur, Steven Edon (CSSL) à la longueur et au triple, Selevasio Valao (PCA) et Rémi Conroy (EHA) au poids, puis au disque pour l’un, au javelot pour l’autre, Maxime Makowka et Manon Meyer (PCA) au marteau.

Une délégation lorraine
On comptera par ailleurs sur Élodie Jellimann (ASCS), sur 800 m aux côtés d’Hasna Kaarour (Saint-Junien, mais s’entraînant à Strasbourg), Anna-Isabel Schlagowski (ASCS) sur 1 500 m, Bastien Poidevain (PCA) sur 110 m haies ou Yanis Alvès (S2A) à la perche pour rehausser le niveau. Et plus encore sur une délégation lorraine assez conséquente, emmenée par la Messine Pauline Lett, redoutable surtout sur les haies hautes.

Challenge nationale de la montagne



Dimanche dernier, Emmanuel Allenbach, Maxime Rauner, Victor Waltmann et Mathieu Turlure, 4 coureurs du secteur défendant les couleurs de l’Alsace-Nord-Athlétisme (ANA) avaient rendez-vous à Willer-sur-Thur pour la 37e Montée du Grand Ballon, 4e manche du challenge national des courses de montagne.

Derrière l’Érythréen Petro Mamu, maître incontesté des lieux, qui s’est imposé pour la 4e fois consécutive en bouclant le 13,2km de montée en 59’58’’, le Grenoblois Julien Rancon, 3e des récents championnats de France et l’Italien Alex Baldaccini, on soulignera la très belle 7e place (1er régional) du Dossenheimois E. Allenbach en 1h06’59’’.

M. Rauner termine bon 13e en 1h10’24’, juste devant V. Waltmann (1h12’11’’), alors que le Savernois M. Turlure finit bon 29e en 1h19’19’’ (sur 283 coureurs classés).

Ces excellents résultats permettent à l’équipe de l’ANA de s’imposer par équipes et d’avancer à la 3e place du classement général, derrière les coureurs de l’Isère et le Grenoble EA

mardi 20 juin 2017

Animation Rohan Athletisme de Saverne

ANNULÉE

Programme



18h ouverture secrétariat

18h30 LG PO/BE - Pds MI

19h00 50m PO/BE/MI

19h15 Pds PO/BE

19h30 LG MI - 100mMI

19h45. 1000m PO/BE/MI

dimanche 11 juin 2017

Championnat d'Alsace BE à Obernai


Après avoir émis un rectificatif plus faux que le précédent.....

Nicollin en coupe d'Europe ?


Il touche du bois, à l’approche de l’été. Huit mois après avoir subi une opération des deux genoux, Jérémy Nicollin (26 ans) retrouve d’agréables sensations. Le sociétaire de l’ANA a certes « passé la semaine chez le kiné », afin de soigner sa « contracture aux lombaires » héritée d’une « série de fautes techniques », le 21 mai à Pontoise, lors du 2e tour des interclubs. Mais hier, à sa plus grande joie, il a enfin pu « lancer sans douleur », sur l’aire de javelot du stade de l’Europe, à Colmar.

Résultat ? Un premier jet à 71,13m, un sixième et dernier à 71,44m… « Sur l’ultime tentative, j’ai donné tout ce que j’avais en nervosité et en énergie, sourit-il. Pourtant, à partir du troisième essai, j’étais cuit ! Il me manque encore la “caisse” pour garder du jus du début à la fin. Mais j’ai pris des repères, c’est positif. »

La Coupe d’Europe pour Nicollin ?

S’il n’est pas encore suffisamment affûté pour titiller son record (77,15 m le 27 mai 2016 à Dessau, en Allemagne), le natif de Chenôve s’est au moins mis en situation d’être retenu pour la prochaine Coupe d’Europe, dans deux semaines à Lille. « Cela se jouera entre lui et le Nordiste Lucas Leroy (35 ans) , qui vient de réussir 71,86 m en Belgique, indique son entraîneur Jacques Danail. Si le comité de sélection me demande mon avis (en sa qualité de conseiller technique, ndlr) , je lui dirai de privilégier le potentiel de Jérémy. Je regrette simplement qu’il n’y ait pas eu de confrontation directe entre les deux bonhommes. »

« Si la DTN me choisit, j’irai avec plaisir et beaucoup d’envie, commente de son côté Nicollin. Il y a quelqu’un devant moi au bilan, mais j’ai prouvé que je revenais bien. Et le fait que je sois plus jeune peut aussi jouer en ma faveur. Il n’est pas impossible que la Fédération me privilégie pour me donner des billes pour les futures compétitions internationales. »
Le prestige de la compétition où a été réalisée la performance est également susceptible d’influer. De fait, le concours de javelot organisé hier à Colmar – estampillé épreuve nationale – s’est avéré particulièrement dense. Neuf athlètes, dont six licenciés en Alsace, ont franchi la barre des 60m : Nicollin donc, mais aussi Lukas Moutarde (Charleville-Mézières, 69,58m), Markus Koch (S2A, 68,41m), Romain Katchavenda (PCA, 65,28m), Rémi Conroy (EHA, 64,21m), Grégory Camus (Lille, 62,95m), Jean-Baptiste Collet (Franconville, 62,31m), Ludovic Damm (EHA, 62,17m) et Jérôme Haeffler (PCA, 61,77m).

AMAURY PRIEUR

vendredi 2 juin 2017

Certificat médical pour l'athlétisme


Infos sur les certificats médicaux pour la pratique de l'athlétisme.
..."Comme vous le savez la réglementation sur les certificats médicaux a été modifié et la FFA a dû mettre en place de nouvelles procédures pour se conformer à cette nouvelle réglementation ministérielle.
La présentation d’un certificat médical est une obligation pour une première prise de licence ou pour un renouvellement de la licence après une saison administrative sans avoir été licencié (rupture de la continuité de licence). Sur ce certificat médical le mot athlétisme n’est plus une obligation et peut être remplacé part sport : « non contre-indication à la pratique du sport » ou « non contre-indication à la pratique du sport en compétition ».
Dans d’autres situations il y aura lieu également de demander un certificat médical au moment du renouvellement de la licence (voir tableau en pièce jointe) car les mentions portées sur ce certificat ne sont pas les mêmes : « pratique du sport » ou « pratique du sport en compétition » (exemple les licenciés Baby Athlé qui deviendront licenciés Eveils Athlétiques au 1er novembre).

S’ il n’y a pas obligation de présenter un certificat médical, le licencié aura un questionnaire à remplir. Mais un certificat médical devra à nouveau être présenté à l’issue de deux saisons sans l’obligation de ce certificat.
S’il répond non à toutes les questions alors il sera possible de renouveler sa licence.

Ce questionnaire sera en ligne sur le SI-FFA et vous pourrez le télécharger pour le remettre au licencié qui souhaite renouveler sa licence (il y aura aussi la possibilité de le télécharger avec l’indication de son nom, prénom et n° de licence pré-remplie)

Par ailleurs, dans le courant du mois de juin, chaque licencié de la saison 2016/2017 recevra un mail de la FFA qui lui permettra d’avoir un accès direct vers son espace personnel sur le SIFFA. Ce mail contiendra un certain nombre d’explications et il pourra ( où les parents pour les mineurs) répondre au questionnaire en ligne.
S’il répond « NON » à toutes les questions, la date de son précédent certificat médical apparaitra à nouveau sur sa fiche licence et vous pourrez renouveler sa licence.

Enfin dans le courant de la semaine prochaine seront mises en ligne sur le site de la ligue des informations pratiques sur la pré-affiliation et la pré-saisie des licences ce qui sera possible vers le 15 juin 2017"...

Infos PDF

lundi 22 mai 2017

Interclub N1A, L'ANA reléguée en N1B


L’Alsace Nord Athlétisme jouait son avenir en N1A. Sous un beau et chaud soleil, les Alsaciens savaient leur tâche difficile. « Il faudra éviter de prendre une bulle ou deux. Cela serait quasiment rédhibitoire pour nous, expliquait le manager Claude Bouton en début de matinée. Et nos leaders ne devront pas faillir. Nous sommes condamnés à réaliser des exploits. »

La disqualification du 4x400m sonne le glasLes premières épreuves donnaient beaucoup d’espoirs aux Alsaciens. Après une trentaine d’épreuves, l’ANA occupait la 6e place avec un total de 20 688 points. La victoire de Bernard Reibel au marteau avec un jet à 51,67m et la troisième place de Paolo Spagnulo (50,76m) n’étaient pas étrangères à ce bon comportement. Quelques instants plus tôt, Régis Durrheimer – grâce à un gros mental sur la fin de course – accrochait la 3e place sur le 400m haies en 53”37, nouveau record personnel.

Les renforts tchèques apportaient leur écot: Zuzana Kubico sur 100m (12”59), Anna Zekuciova sur 100m haies (14”13), Jiri Kubes sur 200m (21”68), Martin Pokorny et Jindrich Vecora sur 110m haies (14”67 et 14”73), Igor Gondor au disque (55,97m).

Benjamin Schmitt sur 5000m marche (22’40”60) et Élodie Mené sur 3000m (10’02”24) ont fait le boulot. Tout comme Jérémy Nicollin et ses 68,51m de très bon augure au javelot, malgré un élan réduit par mesure de précaution. La cadette Claire Bohly a mis plus d’une demi-seconde à son record sur 400m haies (66”12) avant de contribuer au 48”48 du 4X100m.

Le reste ne fut hélas pas du même tonneau. À l’image d’Émilie Pinas scotchée à 1,60m à la hauteur ou de la dernière place de Sophie Helmbold sur 800m qui a déclenché la colère de Claude Bouton.

Les absences de Kevin Mayer, Maxime Hueber-Moosbrugger ou encore Martine Mellina, se faisaient sentir. Les résultats allaient de mal en pis au fil des minutes et le spectre de la relégation ne faisait que se rapprocher.

Le doublé des Tchèques Véronika Sussnérova et Zuzana Kubicova au poids ne rapportait pas assez. L’ANA partait hélas de trop loin pour refaire son retard. Déjà condamnée ou presque, l’entente voyait sonner le glas avec la disqualification du 4x400m masculin. La fin des espérances

dimanche 21 mai 2017

Interclubs, 2e tour à Cergy-Pontoise

Us Talence
Coquelicot 42
Entente Sud Lyonnais
Alsace Nord Athletisme
Efs Reims Athlétisme
Ea Cergy Pontoise Athletisme
Stade Rennais Athletisme


Interclub 2e tours





Deux semaines après le 1er tour des championnats de France des clubs à Sarreguemines, les athlètes de l’Alsace-Nord-Athlétisme (dont douze représentants du Rohan Saverne, à savoir : Valérie Bouton, Loïc Garcia qui remplacera Solène Bastien, Léa Muller, Emilie Pinas, Anna Zekuciova, Jérémy Nicollin, Mathieu Turlure, Victor Waltmann, Redouane Koulel, Colin Verdet, Jiri Kubes et Eric Verdurme), mettront le cap ce week-end sur Pontoise, où se déroulera le 2e tour.

Objectif pour l’ANA, selon Claude Bouton, le directeur sportif du RAS et manager de l’équipe lors de ces interclubs, « terminer dans les 6 premiers et se maintenir en N1A. Il faudra surtout éviter un zéro pointé dans l’une des 39 épreuves. »

Rappelons que les 16 équipes de N1A sont réparties en 2 poules de 8 et qu’à l’issue du 2e tour, le 1er de chaque poule monte en Division Elite et les 2 derniers sont relégués en N1B.

Notre président à l'honneur


Diverses actions s’inscrivent dans la dynamique du mouvement, qui est l’aide à l’enfance, particulièrement marqué le 5 avril dernier, dans le cadre de la journée mondiale du Kiwanis. À cette occasion, le club de Saverne avait déjà participé à une journée de la division Nord Alsace au parc d’attractions Didiland qui accueillait gratuitement quelques centaines d’enfants en difficulté, du département.

En rappelant les valeurs véhiculées par le Kiwanis, il a précisé que cette action pouvait être multiple et diversifiée, sachant que la lutte contre le handicap, passe aussi par le développement culturel et sportif. Avec plaisir, il a pu remettre 1 000 € à l’association « Pro Geroldseck » de Saverne, représentée par son trésorier Paul Velten, en faveur de l’entretien et la restauration du château du Grand Geroldseck, et plus particulièrement au profit de la construction d’un abri au sein même du château, destiné à servir de refuge aussi bien aux bénévoles actifs de l’association, qu’aux randonneurs du Club vosgien et visiteurs du site.

Quelque 2 800 enfants ont pu être opérés
Un montant de 1 126 € a été remis à l’association « Mécénat chirurgie cardiaque » représentée par un de ses promoteurs, Alain Bricker. Cette association, permet à des enfants atteints de malformations cardiaques, issus de pays défavorisés, de se faire opérer en France lorsque cela est impossible chez eux, faute de moyens techniques et financiers. Cette action a permis depuis 1996, date de sa mise en route, à 2 800 enfants issus de 70 pays différents d’être opérés dans 11 centres spécialisés de France, faisant intervenir 300 familles d’accueil, contribuant à former 120 médecins étrangers. Chaque intervention nécessite un investissement financier de 12 000 €, issus uniquement de dons. Le Kiwanis Club de Saverne a accepté de s’associer au Rotary Club de Saverne pour soutenir le périple solitaire à vélo de 11 étapes que se propose de réaliser Alain Bricker lui-même, afin de solliciter des dons à hauteur d’environ 1 000 € par jour, auprès de généreux donateurs, du 15 au 26 juin entre Saverne et Saint-Tropez. Cette course prendra son départ le 15 juinà 10 h sur la place du château. Le chèque de 1 126 € remis à l’association est ainsi censé représenter le financement d’une étape du parcours, avec à la clef le sauvetage d’une vie !

1 000 € ont été remisau club de gymnastique de Saverne, représenté par son président Benoit Neu-Faber, afin de faciliter l’accès à la pratique de la gymnastique aux enfants en situation de handicap.

Et 1 500 € est revenu au Rohan Athlétisme Club de Saverne, représenté par son président Bernard Konradt, toujours en association avec le Rotary Club et en partenariat avec la ville de Saverne, au profit de la course féminine, La Savernoise, dans sa lutte contre le cancer du sein, le 20 octobre.

samedi 13 mai 2017

Championnat Bas-Rhin BE MI à Obernai





50 m
PFISTER Carla
URBES Leontine
PIERRE Clemence
PONARD Elisa
OUTIN Jerome

100 m
PELLOUD Paul

80M HAIES
CRIQUI Valentine

Hauteur
CRIQUI Valentine
GUGUMUS Ella
OSTER Eline

Triple saut
OSTER Eline

Poids
TANCHON Madeline

Disque
TANCHON Madeline

dimanche 7 mai 2017

Résultats Mai 2017

Championnat Alsace MI
Meeting CA SE à Lingolsheim
Finale PO
Championnat du Bas-Rhin BE MI

Qualifiées championnat d'Alsace Minime
Valentine 80 m haies
Ella, Valentine et Eline pour la  hauteur
Eline pour le Triple saut
Madeline pour le poids et le disque

PO à Hautepierre

Interclubs

Résultats Équipes | Interclubs N1 - N1B - SE
1
53 797 pt
ATHLETIC VOSGES ENTENTE CLUBS* 1

2
50 085 pt
STRASBOURG AGGLOMERATION ATHLE

Résultats Équipes | Interclubs N1 - N1A - SE
1
55 555 pt
ALSACE NORD ATHLETISME*

2
54 613 pt
A. SARREGUEMINES SARREBOURG A 1

Le 2e tour le 21/05/2017

Poule B à Cergy-Pontoise (I-F)




Entente Sud Lyonnais
 59044

Us Talence
57568

Efs Reims A.
 56268

Stade Rennais Athlétisme
 56268
Grand Angoulême Athlétisme
 55960

Alsace Nord Athlétisme
 55555

Coquelicot 42
 54762 

Ea Cergy Pontoise Athlétisme
 54452


Interclubs séniors


samedi 6 mai 2017

Interclubs





Première journée, demain à Sarreguemines, pour l’Alsace-Nord-Athlétisme. La 1re Division nationale, composée des 64 clubs ayant obtenu les meilleurs résultats lors de l’édition 2016, comprend 4 poules, la Division Élite, la N1A, la N1B et la N1C. Demain, lors du premier week-end, les 64 clubs de Nationale 1 sont répartis en poules géographiques.

L’ANA, seule formation alsacienne à évoluer en N1A, qui sera en lice au stade Pierre-de-Coubertin à Sarreguemines, comprendra 12 athlètes du Rohan Saverne, à savoir : Valérie Bouton (marteau et hauteur), Solène Bastien (triple saut), Léa Muller (poids), Émilie Pinas (hauteur), Anna Zekuciova (100 m haies et longueur), Jérémy Nicollin (javelot), Mathieu Turlure (1 500 m), Victor Waltmann (3 000 m steeple), Redouane Koulel (800 m), Colin Verdet (triple saut), Jiri Kubes (200 m) et Éric Verdurme (disque). « L’équipe de l’ANA est complète et homogène, l’objectif sera de totaliser un maximum de points en vue du 2e tour, le 21 mai à Cergy-Pontoise », annonce le Savernois Claude Bouton, manager de l’ANA durant ces interclubs. Le 21 mai, à l’issue du 2e tour, les deux derniers de N1A descendront en N1B et le club classé 1er accédera en division Élite.


journée départementale PO à hautepierre


vendredi 28 avril 2017

7e tour du Wurzel

Départ dans la fraîcheur du petit matin (6h), mais sans vent, pour la plus longue épreuve. Maxime Rauner était chaud. Engageant la première partie du parcours sur des bases élevées (un quart d’heure d’avance à la Roche des Fées), il devra se montrer plus raisonnable dans sa progression.

Le poids des montées
« Après le Trail du Petit Ballon, je sentais que j’avais de bonnes jambes jusqu’à la mi-course. La troisième montée était un peu plus délicate et j’ai levé le pied avant de relancer dans le final, où le mental a pris le dessus. »
Surpris par son chrono (4h37’43) – « Je pensais faire autour des 5 heures pour une première participation sur cette distance (il avait déjà couru le 24 km à Villé, et ne connaissait donc que la seconde moitié du parcours) » – le coureur de l’ANA-Saverne n’était pas si loin de la référence Spehler : 4h24 lors de sa meilleure année.
Le Strasbourgeois Mickaël Stefanini, lui, avait construit sa 2e place du côté de l’Ungersberg. « Je suis parti sur un petit rythme, avant de faire ma course. » Kevin Houlné et Mathieu Motsch avaient perdu le contact, et se feront aussi chasser du podium par l’Allemand Matthias Krah. Première féminine (en 6h01’45), Estelle Patoux, la militaire du 1er Régiment d’artillerie de Bourogne et, surtout, ancienne internationale de triathlon longue distance.
« Quand j’ai arrêté, j’avais d’abord fait des raids multisports dans les Deux-Sèvres. Et en arrivant à l’ASPTT Belfort, j’ai vu que la région proposait de belles épreuves de trail. Je voulais déjà venir à Villé l’an dernier, mais j’étais au fond de mon lit ! J’ai un peu craqué dans la dernière heure et je me suis battue contre moi-même. »