jeudi 17 septembre 2020

Trail du Daubenschlag

 


Soutien à Alfred Weber

Premier temps fort de la matinée, le soutien moral de l’ensemble du peloton des coureurs et des organisateurs à Alfred Weber, qui se bat sur un lit d’hôpital à Strasbourg-Hautepierre pour gagner une course contre la maladie. Environ 500 coureurs sont attendus ce dimanche matin à Dossenheim à l’occasion de la 2e édition des Montées du Daubenschlag, dont les parcours ont été modifiés.

Deuxième temps fort, la bataille pour la victoire sur le Trail court de 8,9 km entre le Bouxwillerois Marc Gérard et le Savernois Maxime Rauner. «Mon objectif était de basculer en tête au Daubenschlag, car j’ai un meilleur finish que Maxime. Ensuite j’ai maintenu un gros tempo pour creuser l’écart», assure Marc Gérard, 35 ans depuis lundi, que l’on reverra cet hiver au Trophée Michaux de cross-country, qui s’impose avec 31’’ d’avance sur Maxime Rauner et 1’38’’ sur le cadet Louison Vogler. Chez les féminines, c’est Noémie Gilgert, 15e au général, qui s’impose.

Sur la grande distance ((16,8 km), l’athlète local Emmanuel Allenbach, qui courait sur un terrain qu’il connait par cœur, a dominé la course de bout en bout. «J’ai souvent pensé à Alfred (Weber) pendant la course, il tenait tellement à être des nôtres. C’est grâce à lui qu’il y cette course à Dossenheim. Bien sûr que je suis content de gagner, mais la victoire a un goût amer… Concernant la course, j’ai réussi à partir au train dans la montée chronométrée, malgré un Jonathan Mehl accrocheur pour passer au sommet après 3 km avec une trentaine de secondes d’avance ce qui me permet aussi de gagner la montée chronométrée du Mur du Dauben. Au sommet je relance, je sais que Mickaël Stefanini et Jonathan Mehl ne sont pas loin et qu’il reste encore près de 14 km à boucler. Mais je ne lâche rien jusqu’au bout. Chapeau aussi à cette équipe d’organisateurs exceptionnelle», déclare Emmanuel Allenbach, heureux de gagner au bout d’1h09’10’’ d’efforts intenses, devant ses supporters, deux jours avant de fêter ses 45 ans.Côté féminines, c’est Sophie Weckerlé, 50 e au scratch, qui passe la première la ligne d’arrivée en 1h28’37’’.